ACTUALITÉ

Actualité des Esprits Libres,
Actualité vue par Les Esprits Libres.

Lynchage de notre langue
Le secrétaire général d’EELV se montre inculte et munichois dans sa réponse à une interlocutrice qui lui reproche de parler de « lynchage » à propos d’un policier blanc tabassé par des manifestants, sous prétexte que ce terme serait réservé aux noirs ! Notre Bayou de service a présenté ses excuses et a reconnu que le terme de lynchage devait être réservé aux personnes noires… Génuflexion de carpette munichoise devant le communautarisme racialiste faussement décolonialiste.
Rappelons que les premières victimes du lynchage furent des loyalistes anglais blancs condamnés par Charles Lynch et non une exclusivité destinée aux noirs.
Le lynchage désigne une justice expéditive menée par une foule. C’est bien le cas pour ce policier et la couleur de la peau n’entre pas en considération.
Après l’écriture inclusive voilà la langage racialisé chez certains Verts peu mûrs.


Contribution de J-P Roche au congrès de PLACE PUBLIQUE.


En réclamant des MASQUES GRATUITS beaucoup à gauche et chez les écologistes cautionnent le DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE que constituent les rejets déchets des masques jetables. La ruine économique, lourde addition du confinement moyenâgeux, ne leur suffit pas, ils sont aussi preneurs d’une dégradation écologique amplifiée et d’une dose encore plus forte de démagogie et de populisme politique.


"Parker maintenant", un texte de notre ami Jean Hugues Larché Août 20.


PSG-QATAR BATTU, UNE BONNE NOUVELLE. Les esprits libres ne peuvent que soutenir le sport amateur et CONDAMNER LE SPORT PROFESSIONNEL POURRI par l’argent, la publicité, le dopage et le chauvinisme nationaliste. Ils condamnent tout particulièrement le PSG vendu au Qatar intégriste et demandent sa dissolution. Les monarchies pétrolières intégristes islamistes ne devraient pas pouvoir s’implanter sur notre territoire.
Dans toutes les rencontres sportives professionnelles les esprits libres ne peuvent que se réjouir de la défaite de leur propre équipe locale ou nationale. La défaite ce soir du PSG est donc une bonne nouvelle. Pour autant nous compatissons avec les esprits libres allemands qui ne peuvent se réjouir de la défaite de leur propre équipe.


Soyons du libertinage politique. http://salonespritlibre.com/spip.ph...


À DADA :
"Au secours, Devos, Coluche, le pétrole côute moins que rien !"


À DADA :
Vaurien, suite à Pétrole


La bourse ou la vie.
À s’être occupé du con finement
notre vit va reprendre !


VITE la LÉGALISATION CONTRÔLÉE de la PROSTITUTION et LE REVENU CITOYEN.


Texte actualisé :
L’existence, la politique en tant qu’œuvre d’art.


CORONAVIRUS et REVENU CITOYEN !


Pétition pour le revenu de base.


Concordance des temps, France Culture.
La fin du monde par la science : genèse d’une angoisse.
Excellente émission sur les origines et l’histoire de la préoccupation écologiste.


Chemins de la philosophie sur Culture en compagnie de SCHOPENHAUER  :
1. L’art peut il consoler ?
2. Une vie de souffrance et d’ennui.
3. De l’égoïsme à la pitié.
4. Penser par le corps.


Chemins de la philosophie sur Culture en compagnie de Jean-Paul SARTRE :
Épisode 1 Vivre sa vie.
Quatre épisodes cette semaine.


Entendez-vous l’éco ?
Le capitalisme sur le banc des accusés :
1. Aux origines du capitalisme.
2. Les dérives de l’accumulation.
3. Les métamorphoses du patronat.
4. Les scénarios de l’affrontement.


Une Corée du Sud exemplaire !


Pendant le virus la dictature impérialiste chinoise continue !Quatre émissions sur Culture en compagnie de Schopenhauher :
1. L’art peut il consoler ?


Une Corée du Sud exemplaire contre le virus !


Pendant le virus la dictature impérialiste chinoise continue !


“Celui qui n’a pas le temps est déjà mort.” Proverbe arabe


ÉPICURE
Est il bien raisonnable d’avoir peur de la mort ?

La philosophie d’Epicure est toute entière orientée vers la recherche du plaisir... pourtant, elle questionne aussi la mort. Comment concilier ce qui semble inconciliable ? Comment en finir avec la peur de la mort ?


Une lecture d’actualité !
"Semmelweis" de Louis-Ferdinand Céline, choisi et lu par André Dussollier


Robert MISRAHI, philosophe du bonheur qui parle si bien de Spinoza et de la vie ! Sur KLes Chemins de la Philosophie FRANCE CULTURE.


La France était préparée mais elle fut ensuite désarmée…


Un ultime avertissement de la nature…


Les décisions du gouvernement n’ont probablement que retardé l’agonie.


Pas de nationalisation sans conditions écologiques, signez la pétition !


Nietzsche : "Je ne suis pas un homme, je suis de la dynamite"


La plume du masque
Bizarre, bizarre,
ce n’est pas pour me venter
et accaparer les respirateurs
mais, à s’occuper du con finement
force est de con se tâter
qu’un coup de dé, pardon,
un éternuement dans le serrage de coude,
ni même l’huile du même non,
j’écris ton non, liberté
au poing de se lever,
quand nous dormions à poings fermés,
n’aboliront jamais le blizzard.

il y a pouce s’agissant
de se donner la main
sans lacérer car les lents de mains
chiantent de mains tenants
et des à bouts tissant
des mises à l’index
de notre bal masqué
sans y mettre de gants.

Que dit la plume au masque ?
Au fait, au faîte, aux fêtes, aux défaites,
Dans les rues, dans les ruts, dans les virus,
dans l’air du temps qui passe les faux plats,
Jouons-nous à cache-cache ou au bal masqué ?


Lire le Discours présidentiel revisité !


La santé, sans condition.
Suite aux déclarations du président de la République, Mathieu Bellahsen, psychiatre, et Hugo Huon, infirmier du collectif inter-urgences rappellent la nécessité de mettre fin aux politiques néolibérales. «  Arrêter les politiques de destruction de la santé, c’est arrêter de compter ce que coûtent les vies humaines. C’est le premier acte refondateur de la solidarité : toute vie vaut la peine d’être vécue, quoi qu’il en coûte. »
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Emmanuel Macron annonce une « rupture » en trompe-l’œil
Face à la crise sanitaire, Emmanuel Macron a vanté « l’État-providence » et promis« des décisions de rupture ». Mais sur le fond, les mesures annoncées confirment que la politique pro-entreprises de l’exécutif reste sa principale boussole.
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Lire CUBA : Pendant le virus la dictature continue...


CORONAVIRUS et REVENU CITOYEN !


Discours présidentiel revisité !


La santé, sans condition
Suite aux déclarations du président de la République, Mathieu Bellahsen, psychiatre, et Hugo Huon, infirmier du collectif inter-urgences rappellent la nécessité de mettre fin aux politiques néolibérales. « Arrêter les politiques de destruction de la santé, c’est arrêter de compter ce que coûtent les vies humaines. C’est le premier acte refondateur de la solidarité : toute vie vaut la peine d’être vécue, quoi qu’il en coûte. »
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Le réel c’est ce qui fait mal quand on se cogne !
A Bordeaux l’union pastèque d’une partie de la gauche, dont le PCF, et d’une partie des écologistes, menée par un Vert, est arrivée tout prés du droitier Florian. Interrogé par F3 le vert Hurmic avait le melon dimanche soir. Nous avons d’abord droit à l’anglicisme, qui semble de rigueur chez les Verts Bordeaux, et après le « dress code » voilà qu’« ils ont fait le job ». « Save the date » donc… Puis à une fanfaronnade de maillot jaune au cri « d’historique, historique, historique », comme « l’Europe, l’Europe, l’Europe » du général en son temps. Pendant l’interview le journaliste précise qu’il n’est pas tout à fait en tête, et même qu’il est un peu au coude à coude, voire un peu derrière en quelque sorte, et voilà notre vert, Gros Jean comme devant, comme qui dirait un peu décontenancé. Il aurait tendance à vendre la peau de l’ours que cela ne m’étonnerait pas.
Au passage on aura pouffé de rire à l’entendre dire qu’il est « contre les négociations d’appareils », qu’ « il a horreur de cela » comme s’il n’y avait jamais eu la photo des Verts derrière le PS de Rousset ou de Feltesse naguère et dés le premier tour, comme si Bordeaux Respire n’était pas, et c’est bien normal, une « négociation ».
Le tout pour finalement finir derrière Florian à 95 voix, sans forcément de réserves de voix à venir.
À peine plus tard sur le plateau le bras droit de Cazenave s’exprime calmement sur la réflexion qu’ils vont avoir dans la situation. La sénatrice Delattre, pour Florian, reste calme et lui fait un peu de pied de bon aloi. Le responsable régional des Verts indique alors avec virulence qu’il n’y a aucune alliance possible avec LREM, se lance dans une violente diatribe anti-gouvernementale, et explique qu’il s’agit de faire les yeux doux à Poutou… Le représentant de Cazenave encaisse le coup un peu blême.
Les Verts ne prennent pas en compte que la situation n’est due qu’à la présence de Cazenave contre Florian, quand tout poussait une alliance à priori, étant donné la position du Modem favorable à Florian et les pressions de Juppé et Bayrou. Le Vert a donc coupé les faisceaux du coté du centre tout en le précipitant à tribord dans les bras de Florian et file à bâbord toute ne se rendant pas compte qu’il va se heurter à un mur, et fier de l’être, avec la bande à Poutou activée par la FI en rivalité avec les Verts pour la main basse sur la gauche.
Sectarisme et aveuglement, de quoi perdre une bataille qui s’annonçait bien.
Faudra expliquer au Verts que c’est la liste qui obtient le plus de voix qui gagne une élection. Cela s’appelle le réel, celui qui fait mal quand on s’y cogne.


Le maire de Bordeaux et celui d’Angoulème ont tous les deux touché des allocations-chômage alors qu’ils occupaient des responsabilités politiques locales de premier plan.


LE CONCEPT DE « SOCIÉTÉ CIVILE »
Sur le bulletin de vote de « Bordeaux Respire », union pastèque dés le premier tour d’une partie de la gauche, dont le PCF, et d’une partie des écologistes menée par un Vert, il est noté « Liste de rassemblement soutenue par des citoyennes et citoyens n’appartenant à aucun parti et par… Suivent, en tout petit, les sigles de dix partis, dont certains partis d’en rire ou sans laisser d’adresse, et dont EELV, le PS et l’inénarrable PCF, ramassé dans le ruisseau, sorti pour l’occasion des poubelles de l’histoire avec ses 85 millions de morts au compteur. Ça recycle vous dis-je…
Puis vient la liste des candidats ! Et là la profession passe après l’appartenance partisane, signe probable que, comme vous savez, « il n’y a eu aucune négociation d’appareil », on compte sur les Verts pour cela…
Mais beaucoup de candidats sont gratifiés d’un « Société civile » marquant le fait probablement qu’ils ne font pas partie d’un parti politique. On semble donc opposer une « société civile » à une « société politique », comme si, si l’on retient une telle opposition, le fait de se présenter à une élection ne signifiait pas, hic et unc, ipso facto, que l’on appartient à la dite « société politique ». Comment peut-on figurer sur un bulletin de vote et appartenir à la dite « société civile » ? Quel tour de passe-passe !
Que l’on ne mentionne aucune appartenance pour une personne n’adhérent à aucun parti est une chose mais que l’on confère une qualité à cet état, à ce renoncement en quelque sorte, marque une grande duplicité pour qui fait de la politique et se présente à une élection. Est ce considérer que c’est une qualité de ne pas appartenir à un parti politique ? Quel mépris pour les militants qui « font le travail », le « job » comme dit l’autre ! Ou bien n’est ce que le populisme et l’opportunisme de l’air du temps qui marquent une défiance nauséabonde vis à vis des partis politiques, tous dans un même sac, bébé avec l’eau du bain de la démocratie et de ses fondements ?
En réalité il n’existe pas de « société civile » ou de « société politique » et il convient de dénoncer ce charabia populiste car la politique c’est l’organisation de la cité et l’individu, en ce qu’il est citoyen, appartient heureusement à la société politique et s’il l’assume par son militantisme, le plus souvent bénévole, c’est tout à son honneur.


Nous passons ce soir d’une économie de marché à une
économie de supermarchés !


D’un bulletin de santé, pardon, de vote, nous voilà MUNIS, SI PÂLES !


CÉSARS ou BRUTUS, féminité et féminisme en jeu.


Virus, mauvaise santé du système !


La nouvelle lettre des ESPRITS LIBRES. Mars 2020.
- Césars ou Brutus ? Féminité et féminisme.
- Appel municipales Bordeaux.
- Exit Florian, exit.
- Coronavirus, quelques mesures simples.
- Manifester la veille d’une élection !
- Salon des Esprits Libres S.E.L. de mai. S’inscrire rapidement.
- Actualité des Esprits Libres.
- Les Esprits liVres.


CUBA : Pendant le virus la dictature continue...


ESPRITS LIBRES BORDEAUX
L’ APPEL écologiste et citoyen de Jean-Pierre Roche


Emmanuel Macron annonce une « rupture » en trompe-l’œil
Face à la crise sanitaire, Emmanuel Macron a vanté « l’État-providence » et promis« des décisions de rupture ». Mais sur le fond, les mesures annoncées confirment que la politique pro-entreprises de l’exécutif reste sa principale boussole.
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Covid-19 : « Il n’y a pas de prise de conscience », alertent les hospitaliers aux avant-postes
Trois médecins exerçant dans un hôpital de l’Oise, foyer du coronavirus en France, alertent. Après deux semaines d’épidémie, les capacités régionales en réanimation sont déjà saturées.
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Coronavirus : les mauvaises priorités de la BCE et de l’Europe
Alors que l’épidémie de coronavirus déclenche un krach boursier mondial, ce n’est pas de politique monétaire ou budgétaire dont l’Europe a besoin, mais de politiques publiques de santé, de retour des États pour combattre la propagation du virus.
Lire


Covid-19 : « A ce rythme, la France sera bientôt dans la situation italienne »
Pour freiner l’épidémie, seules les mesures de restriction forte des déplacements sont efficaces. Donc des libertés. La France suit ainsi le chemin de l’Italie, prévient le professeur Antoine Flahault, spécialiste des maladies épidémiques.
Lire-20200313&M_BT=100487117739]


Le cri d’alerte de Gilbert DERAY, médecin à Hôpital Pitié-Salpêtrière :
"Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez. Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires, HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multi-résistantes, nous les avons gérées dans le calme et très efficacement. Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle. Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre. Et pourtant, Je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du Coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique. Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, ou l’épidémie est en train de s’éteindre. L’avenir proche dira si je me suis trompé.
Par contre,
• Je suis inquiet des vols de masques et que ceux nécessaires à la protection des personnels soignants et des personnes à risque, nos anciens et celles déjà malades, en particulier les patients immunodéprimés, soient distribués pour une efficacité nulle dans les aéroports, les cafés et les centres commerciaux.
• Je suis inquiet des vols de gels nettoyants.
• Je suis inquiet de ces rixes pour acheter du papier toilette et des boîtes de riz et de pates.
• Je suis inquiet de cette terreur qui conduit à faire des stocks obscènes de nourriture dans des pays où elle est disponible dans une abondance tout aussi obscène.
• Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite mais « seulement « de solitude. Nous avions l’habitude de ne pas rendre visite à nos parents et grands-parents si nous avions la grippe, pas de les éviter « au cas où » et pour une durée indéterminée, ce n’est en rien différent pour le coronavirus
• Je suis inquiet que la santé ne devienne un objet de communication belliqueuse et de conflit comme un autre, alors qu’elle devrait être une cause ultime de lutte dans le rassemblement.
• Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grandes difficultés, soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal. Ce sont alors toutes les autres maladies que nous ne pourrons prendre en charge. Un infarctus du myocarde ou une appendicite ce sont toujours des urgences, un virus rarement. La couverture médiatique sur le coronavirus est très anxiogène et elle participe à l’affolement de chacun. Cela conduit aux théories du complot les plus folles du genre, « ils nous cachent quelque chose ». Rien n’est obscur, c’est impossible en médecine dans ce monde du numérique ou la connaissance scientifique est immédiate et sans filtre. Le coronavirus ne tue (presque) que les organismes déjà fragiles. Je suis inquiet que ce minuscule être vivant ne fasse que dévoiler les immenses fractures et fragilités de nos sociétés. Les morts qui se compteront alors par millions seront ceux de l’affrontement des individus dans l’indifférence totale de l’intérêt collectif."


La bourse ou la vie !
Pour Emmanuel Macron nous vivons "la plus grave crise sanitaire depuis un siècle"...
Faut donc se résigner à dépasser en France les 20000 à 25000 morts de la canicule de 2003 ! On oubliera aussi les 90000 morts européens...
Exit aussi les broutilleuses grippes et la grippe espagnole en particulier, amiante, et autres tabacs... Faut dire que la bourse n’ayant pas dévissé en 2003 la canicule ne compte peut être pas pour ce président ! 14 02 20


Cérémonie des CÉSARS ou des BRUTUS ?
Notre féminité, notre féminisme en jeu.

Juger une œuvre !
Mais qu’est ce qu’une œuvre ?
Une œuvre est certainement un événement rassemblant :
Le regardeur,
la chose regardée,
l’auteur de la chose regardée, écoutée…
les circonstances, la situation.
Les quatre protagonistes, regardeur, regardé, auteur et circonstances constituent l’événement qui fait vivre l’œuvre qui fait œuvre.
L’auteur, l’artiste, est le créateur de la chose regardée, de l’objet et parfois, en totalité ou partiellement, des circonstances.
Marcel Duchamp nous éclaire : "Je crois sincèrement que le tableau est autant fait par le regardeur que par l’artiste"
Dans une performance, chose regardée et circonstances fusionnent en un concept.
L’auteur ne se résume pas à être à l’origine de la chose regardée. Il est une personne privée ou publique sur d’autres fronts que celui de la chose en question.
Dans le rapport à l’œuvre, la vie est la fusion du regardeur, du regardé et des circonstances.
Faire porter sur la chose regardée tous les défauts ou qualités de l’auteur c’est la considérer subjectivement, en modifier les circonstances, la situation du regard, c’est modifier l’œuvre à sa subjectivité. C’est une façon d’appréhender.
Dans la façon d’appréhender, de juger une œuvre on distingue, plus ou moins, la femme ou l’homme de l’artiste et, plus ou moins, la femme ou l’homme de ses œuvres.
L’artiste a ses qualités et ses défauts et l’œuvre, les œuvres, deviennent plus ou moins autonomes lors de leur diffusion.
On peut donc juger une œuvre puis la déprécier, ou plus l’apprécier ou non en fonction de ce que l’on apprend de l’auteur.
C’EST LA LIBERTÉ DE JUGEMENT : Libre à chacun de lier ou de séparer à sa convenance « l’homme » de l’œuvre ou l’artiste de « l’homme ».

Mais nul ne peut imposer cette fusion ou cette séparation ou ces degrés de fusion ou de séparation aux autres.
Il y a danger car le jugement sur l’art n’est pas une affaire de tribunal mais c’est affaire de pure subjectivité, de liberté de choix individuel.
Ne plus apprécier toutes les œuvres ayant des auteurs au comportement jugé inadmissible à notre point de vue, peut en amener certains à un obscurantisme. Exit Céline, Gide, Picasso, Fernandel, Verlaine, Claude François, Charles Trenet, Patrick Font, Guitry… Pour certains exit Wilde et des milliers d’autres… Chacun jaugeant à sa morale ce qui est admissible… À ce jeu la volaille qui fait l’opinion l’emporte à l’avantage de l’ordre moral et des obscurantismes. Encourager sur la place publique au lynchage, au pogroms et à l’autodafé, constitue une impasse dangereuse et transforme ensuite les coupables en victimes.
Les choses doivent se régler devant la justice.

Pour Polanski, un jury machiste et phallocrate a jugé que son film était « la meilleure réalisation ». Beau jeu de sauter sur l’occasion pour hurler à la provocation et à la persistance du patriarcat et du machisme dans les milieux artistiques, mais alors pourquoi participer à une telle compétition mascarade ? Pourquoi attendre le résultat pour le contester, pour "se casser" ? Peut-être fallait il dénoncer et boycotter en amont et ne pas jouer les mauvais perdants.
Pourquoi à partir de ce fait, une « meilleure réalisation  », revenir, quarante ans plus tard, sur le jugement dont il a fait l’objet ? Ce jugement stipulait "actes sexuels illégaux sur une mineure" et non "abus sexuel sur une enfant". Il a fait cinquante jours de prison.
D’autres affaires sont en cours avec des dépôts de plainte. Soit, que la justice suive son cours et réclamons-le, mais ne la remplaçons pas.

Chaque individu, même le plus ignoble, bénéficie de la prescription et à droit à l’oubli et, pour ce qui n’est pas jugé, de la présomption d’innocence.
Si nous supprimions la prescription nous banaliserions les crimes contre l’humanité qui eux restent imprescriptibles. Il n’y aurait plus d’échelle des crimes et nous perdrions tous une part d’humanité de ce fait.
Le droit à l’oubli est aussi indispensable puisque, sans lui, pas de rédemption profonde et véritable possible. Là encore nous risquons de perdre une part de notre humanité.
Comprenons bien que c’est nous qui avons bien plus à perdre qu’on à gagner les criminels.
Concernant les victimes justice doit être rendue pleine et entière mais dans la sérénité dans la graduation, dans la prise en compte des faits et circonstances et non dans l’amalgame.
On remet aussi en cause le consentement. Mais le consentement ne remet pas en cause l’emprise et le détournement de mineur. Il introduit néanmoins une graduation dans les faits incriminés.
Pour rendre justice il est important de graduer : Avec ou sans consentement de la victime détournée et sous emprise dans tous les cas, avec consentement ou opposition des parents, dans ou hors famille, avec préméditation ou non, avec récidive ou non…par surprise, par ascendance hiérarchique, par chantage, par mensonge, de force, avec violence ou viol, avec blessure ou décès, avec acharnement ou viol sur un cadavre...
Il ne s’agit pas de mettre dans le même sac une liaison entre une fille de presque 16 ans et un garçon d’à peine 18 et l’affaire Dutroux.
Défendre les victimes et pourchasser les coupables, oui, mais lorsqu’ils sont désignés, les traiter en humains, en respectant tous les droits humains qui sont aussi nos droits, un bien commun que nous partageons.
Mettre au pilori n’est jamais bon. Chacune, chacun, victime, coupable, a droit à une justice adaptée sauf à dépersonnaliser voire déshumaniser, et pourquoi pas « porc » à balancer par la délation ou la corde ?
Un temps nous emprisonnions Wilde pour homosexualité. Un autre Gabrielle Russier se suicidait. Le nôtre où l’on met a mort des femmes pour adultère et des deux sexes pour homosexualité et où le tribunal médiatique ou des réseaux dits sociaux, souvent mise en réseau des sots, "résots sociaux", se substituent à la justice.
L’argument consistant à dire que la justice n’a pas fait son travail et qu’il s’agit de prendre sa place ne saurait être retourné contre l’accusé et à son détriment car c’est la société, c’est à dire aussi nous-mêmes, qui n’avons pas fait notre travail.
L’accusé est, peut être, coupable de son crime mais pas des défauts de la justice de tous et il n’a pas à les supporter car il a déjà fort à faire avec les siens propres.
On s’en prend au coupable pour son crime, on s’en prend à la société pour les défauts de sa justice. On ne confond pas. Ce d’autant que, bien souvent, les coupables sont particulièrement victimes des défauts de la justice comme avec les conditions déplorables de la détention par exemple.
Et si nous suivons la meute, le tribunal médiatique et les réseaux qui mettent en relation les sots, l’air du temps, nous perdons de notre justice et de sa sérénité et nous capitulons devant les passions tristes.
Là encore c’est nous qui perdons de notre humanité, de notre démocratie, de notre équité, DE NOTRE FÉMINITÉ, de notre féminisme !
////////////////////////

ACTUALITÉ DES ESPRITS LIBRES :

Notre ami Jean Hugues LARCHÉ, un esprit libre !
La parole est fléchée par Larché .


Notre ami Laurent WATRIN, tête de liste écologiste en campagne à Nancy.
Soutenir la campagne.


Échange de lettres entre Clément CHOLLON et Jean-Pierre ROCHE, déc.19 - fév. 20.


Une réforme mal menée mais :
Le 49,3 n’est pas un déni de démocratie. Dominique ROUSSEAU.


Les États Unis doivent abandonner les accusations contre Julian Assange. Signons la pétition d’Amnesty International pour Julian Assange.


Interdisons le DÉMARCHAGE TÉLÉPHONIQUE.
Signons la PÉTITION de QUE CHOISIR.


"Le triomphe de l’injustice."
Gabriel Zucman veut taxer les ultra-riches pour réduire les inégalités : l’économiste français parle à l’oreille des candidats démocrates Bernie Sanders et Elizabeth Warren, co-auteur de l’ouvrage "Le triomphe de l’injustice." Seuil, février 2020.


Une semaine avec ÉPICURE.

ÉPICURE DE RAPPEL :
1 L’abus de plaisir est mauvais pour le bonheur.
2 Est il bien raisonnable d’avoir peur de la mort ?
3 La bombe atomiste.
4 L’amitié au secours de l’amour.


« Avoir raison avec... Antonio GRAMSCI »14 07 19
Porté aux nues par Pasolini, cité par les politiques, Antonio Gramsci (1891-1937), journaliste et penseur italien, reste peu connu. Déçu par le socialisme positiviste, séduit par le communisme, engagé et militant, il fut emprisonné en 1926 où il rédigea 33 Cahiers de prison, une oeuvre monumentale.

Antonio Gramsci, marxiste à l’italienne. 10 02 20
1/4 « Comment s’unir pour renverser le pouvoir ? »
Gramsci (1891-1937), journaliste italien, militant emprisonné en 1926, est le penseur de concepts qui n’ont de sens que pour analyser l’Histoire. La révolution d’Octobre 1917 et sa mise en pratique de l’hégémonie, l’alliance entre classe ouvrière et paysanne, lui inspire une réflexion nouvelle...

2/4 « Une autre révolution est possible. » 11 02 20
1919 et 1920 sont appelées "les années rouges" : ouvriers et paysans italiens se mobilisent en grève générale et occupent les usines. Cette crise entraîne Gramsci à réfléchir aux moyens d’actions d’une révolution : la force ? Ou au contraire, des formes nouvelles d’organisation et d’action ?

3/4 « Tout homme est philosophe. » 12 02 20
Pour Gramsci, tout homme est intellectuel, et au travers de ses articles de journaux, il tendait à éclairer le "sens commun" de ses compatriotes, échanger, et devenir un relais pédagogique. Mais que signifie pour lui le "sens commun" ? La culture populaire peut-elle aider à former les esprits ?


1940, l’énigme du massacre de Katyn par les bourreaux de Staline. Documentaire à voir sur la plateforme d’Arte ou ce mardi 25 février.


GOULAG une histoire soviétique !


Communautarisme, séparatisme : encore faudra-t-il sortir du flou et de l’ambiguïté ! fév. 20 par Zohra Ramdane


Foutre, Ségolène n’est pas Mila mais personne ne l’a mise là où elle n’est pas et c’est royal sans elle qui n’était déjà pas très Charlie naguère et qui l’est toujours de moins en moins. Être ou ne pas être est bien la question mais là c’est le néant d’une certaine gauche face blême devant les intégrismes religieux... Y’a pas blasphème mais je n’en pense pas moins.


Notre ami Laurent WATRIN, tête de liste écologiste en campagne à Nancy :
« Sans les citoyens, pas d’écologie possible ». Démocratie coopérative : « Droit de veto pour tout nouveau grand projet, pouvoir d’interpellation, co-élaboration des projets avec budgets dédiés. Améliorer la qualité de vie, renouveler nos liens humains, respecter la biodiversité, freiner les pollutions et le réchauffement climatique impliquent du courage et des plans d’action clairs. Nous nous engageons à ne pas cumuler deux mandats exécutifs et à laisser notre place après deux mandats de suite. Nos élus s’engagent à traduire l’urgence écologique dans tous leurs votes à la ville et à la métropole. Nous ferons tout pour fédérer les acteurs économiques et financiers autour de cette urgence et mobiliser les étudiants, par la création de "prix de thèses" afin de susciter et soutenir des projets innovants. Nous voulons créer des lieux de "coopération permanente", des zones de gratuité, développer des transports collectifs ouverts à l’auto-partage et au vélo, et des itinéraires piétons. Nous voulons des jardins partagés dans la ville, de la nature dans les cours d’écoles, une végétalisation active des quartiers. Nous renforcerons la sûreté municipale en précisant les missions de la police de la ville et le rôle des agents au contact du public. Assurer la transparence et rendre des comptes aux citoyens régulièrement sera notre boussole permanente. Le travail est immense, tout comme la joie et l’enthousiasme rencontrés sur le terrain. Le projet se construit avec vous. »
Soutenir la campagne.


Actualité d’Albert CAMUS :
Émission TV Mercredi 22 janvier, 21h05, France 3 : « Les vies d’Albert Camus. »
+ Émission de France Culture, 60ème anniversaire de sa disparition.


Spinoza, philosophe de la joie face aux passions tristes.


Lettre à MÉLENCHON.
"Et donc, alors, Camarade, c’était comment cette manifestation ? Raconte. Tu étais à l’aise au milieu des pires entrepreneurs identitaires et des intégristes ?"


La marche des faux-culs.


Défendons Henri PENA-RUIZ défenseur de la laïcité.
« Droit à la critique de toutes les religions et en y ajoutant celui du droit à critiquer l’athéisme comme option concurrente à l’option religieuse. Car ce qui est bien en jeu, c’est le droit qu’a l’intelligence humaine, dans une République laïque. »


Sur le voile Georges FRÊCHE a raison !


Esprits Libres contre l’ordre moral !


Alain BADIOU, enfant des mathématiques et de la poésie, a construit sa philosophie autour de deux concepts clés, l’être et l’événement. Amoureux des arts et fervent communiste révolutionnaire, il est l’auteur d’une centaine d’ouvrages.


Initiative citoyenne européenne :
Une PÉTITION pour rendre obligatoire le NUTRI SCORE au sein de l’Union
L’UFC-Que Choisir, avec 6 autres associations de consommateurs européennes demandent à la Commission de rendre obligatoire le Nutri-Score, étiquetage nutritionnel simplifié ayant fait la preuve de son efficacité, sur les produits alimentaires. Nécessitant un million de signatures pour aboutir, l’association appelle l’ensemble des consommateurs, associations, sociétés savantes et institutionnels à soutenir la démarche en signant cette pétition sur le site de la Commission européenne.


Face au PRODUCTIVISME et au CONSUMÉRISME gaspilleur !
Signez la pétition.


Rapport de l’ONG OXFAM sur les inégalités dans le monde.
26 milliardaires possèdent autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l’humanité
2 153 milliardaires du globe détiennent plus d’argent que 60 % de la population mondiale. 400 000 personnes de plus sous le seuil de pauvreté entre 2017 et 2018, 9,8 millions de pauvres en France. En France, 8 milliardaires français possèdent autant que les 30 % les plus pauvres.
Les hommes gagnent 22% de plus que les femmes. 9% d’écart à poste et compétences égales.<


Les Esprits Libres vont voir « J’accuse » de Roman POLANSKI.
Nous allons voir les pièces de théâtre de Sacha Guitry et les films de Fernandel, nous lisons le « Voyage au bout de la nuit » et « Mort à crédit » de Céline, nous lisons Verlaine qui a tiré sur Rimbaud…
L’arrogance, les mensonges et dénégations maintenus de Cantat nous font regretter que celui-ci ait l’indécence de prétendre chanter des chansons d’amour et de parader encore mais nous ne souhaitons pas l’interdire pour autant.
Le féminisme n’est pas l’ordre moral, ni la confusion entre les erreurs et crimes de certains et leurs œuvres. La fréquentation record du film "J’accuse" montre le caractère contre-productif de cette publicité faite au film, la misère de l’ordre moral et celle qui détourne le féminisme.


Pas d’affaire MATZNEFF !
Il y a des livres autorisés et d’autres interdits. Il y a des actes autorisés et d’autres interdits.
Si plainte il y a, et si la prescription ne joue pas, contre un livre ou contre un acte, il doit y avoir enquête, instruction et, le cas échéant, procès et la justice se prononce.
Pas de confusion entre une œuvre et les actes de son auteur. A priori le procès de l’un n’est pas celui de l’autre et, si dans certains cas les deux peuvent se trouver condamnés, pour l’essentiel, ils sont dissociés et c’est heureux pour nos libertés face à l’ordre moral. La justice tranche, pas les médias, ni l’opinion, ni la foule.
Petite, Léo Ferré.


Avec Hongkong !


Bravo Hongkong face à la dictature du Parti Communiste Chinois.


Oppression de masse des Ouighourspar la dictature du Parti Communiste Chinois :
Un million de personnes sur six millions en camp de rééducation.


Répression de masse des peuples, une lettre des amis du Tibet.
Bonjour à tous,
Nous vous contactons pour vous proposer d’adhérer, pour 10 euros, à l’association girondine pour le Tibet, TASHI DELEK BORDEAUX.
Vous savez que, en 1950, la Chine a envahi et annexé le Tibet.
Ce peuple qui possède une langue, un alphabet, une histoire, une culture, des traditions qui lui sont propres, subit depuis 60 ans une occupation chinoise, pour un bilan dramatique.
1,2 millions de morts par exécutions, famine, torture…
Plus de 150 000 Tibétains en exil au péril de leur vie.
Ceux restés au Tibet sont privés de liberté et des droits humains fondamentaux.
Des traitements barbares sont infligés à la population.
La Chine colonise et « sinise » le Tibet, rendant les tibétains minoritaires chez eux. Elle détruit les temples bouddhistes.
Elle pille les ressources du pays, déforeste, détourne les fleuves, aggrave le réchauffement climatique dans ce 3ème Pôle de la Terre.
La Chine abrite au Tibet plus de 500 000 soldats, un quart de ses missiles nucléaires, et y entasse ses déchets nucléaires et ceux de pays étrangers.
Aux 60 ans d’occupation chinoise, les tibétains opposent 60 ans de non-violence, attitude exceptionnelle, riche d’un extraordinaire espoir pour l’humanité. Le gouvernement tibétain en exil en Inde est démocratique et revendique, avec le Dalaï-Lama, non une indépendance du Tibet, mais une autonomie.
Les valeurs tibétaines rejoignent les valeurs universelles de la France, fraternité, partage, tolérance et Droits de l’Homme.
L’association girondine pour le Tibet, TASHI DELEK BORDEAUX, défend les valeurs fondamentales de liberté et de respect.
Elle agit en aidant les tibétains en exil, en réalisant des événements à Bordeaux, films, conférences, manifestations culturelles, pour soutenir la culture tibétaine, niée par la propagande chinoise, et informer.
Aujourd’hui, le Tibet est de plus en plus oublié. Plus que jamais, il a besoin de vous. Plus que jamais, les valeurs universelles ont besoin de votre soutien.
La cotisation, de 10 euros, à l’association Tashi Delek vous permettra d’accompagner la cause tibétaine, d’y participer, si vous le souhaitez, avec vos idées, et d’être informés de cette actualité qui nous concerne tous. Merci de votre adhésion.
Nom ___________________________________________________ Prénom __________________________________________________

Adresse _____________________________________________________________________________________________________________


Commune_______________________________________ Code Postal_______________________

Téléphone Courriel ________________________________________________________________________________________________
J’adhère à Tashi Delek, association girondine pour le Tibet
Membre ordinaire : 10 euros Membre bienfaiteur : 30 euros Don : ………… euros
À __________________________________ Le _________________________________ Signature :
Chèque à l’ordre de « Tashi Delek Bordeaux », à envoyer à :
TASHI DELEK BORDEAUX 44, rue Moulinié - 33000 Bordeaux Mail : tashi.delek.bordeaux@orange.fr


Éditorial :
À l’heure des contestations et révoltes porteuses d’espoir et de résistance face aux dictatures en Russie et en Chine, ce 29 juillet, jour du dépassement à partir duquel l’humanité vit à crédit en ayant consommé toutes les ressources disponibles de l’année, notre Europe s’interroge toujours sur ses moyens d’exister.
Dans ce contexte, complexe et passionnant, les Esprits Libres indiquent que la FISCALITÉ D’UTILITÉ PUBLIQUE ET ÉCOLOGIQUE et que la DÉMOCRATIE VIVANTE renouvelant les institutions, ouvrent la voie d’une réponse conséquente à l’urgence écologique, sociale, institutionnelle, européenne et EXISTENTIELLE.
La dialectique « fin du mois - fin du monde » ne casse pas assez de briques. Quelles fins du moi, finalités du moi ? Là est la question posée à tout le monde pour perpétuer et non détruire l’humanité.
En modifiant en profondeur la fiscalité inique, et en introduisant une démocratie économique indispensable à la démocratie politique, le REVENU CITOYEN fonde une nouvelle politique.
Il est clair que le REVENU CITOYEN, universel dans une communauté donnée, ici la communauté des adultes citoyens français, aligné sur le seuil de pauvreté et universel, de 1000€ par mois, en éradiquant la misère, donne aux plus pauvres un peu plus de pouvoir d’achat, l’équivalent de ce seuil de pauvreté, 60% de revenu médian, à ne pas confondre avec le revenu moyen, afin de couvrir leurs besoins de base. Et c’est justice et rationalité. Mais notons qu’en moyenne, dans la population, le R.C. n’augmente pas le pouvoir d’achat car il est accompagné d’un partage du travail et d’une baisse du temps de travail légal qui entrainent une baisse des revenus de fait compensée par le R.C.
Le gain du R.C. est donc essentiellement un gain de temps disponible par le passage des 35 h aux 24h, seuil vers les 18h, de travail par semaine. PRODUIRE MOINS MAIS MIEUX.
Ce temps disponible est orienté vers l’offre culturelle généralisée : culture générale, philosophie, arts, sciences, reconversion, formation, apprentissage, libertinage culturel, curiosité, créativité, ateliers de création, de récupération et de réparation, langues étrangères, espéranto, recherche, découverte, temps de formation et d’entraine intergénérationnel, bénévolat, engagement associatif et artistique, sens du commun, sens civique, secourisme…
La misère abolie, outre ses fonctions régaliennes, en matière sociale, l’État n’ayant plus à faire « du social », c’est à dire de l’assistanat, s’adonne à la culture au sens large et à la santé pour le BIEN VIVRE individuel et commun. Cette offre culturelle est d’autant plus saisie, que l’incitation culturelle est généralisée, que le productivisme, le mercantilisme et la cupidité sont combattus, que la publicité et le lobbying passent sous un régime de légalisation contrôlée et que les citoyens, ayant quatre jours disponibles, ne perdent plus leur vie à la gagner.
La centralité de la créativité remplace celle du travail, même si pour les privilégiés, ceux dont le travail s’avère émancipateur, le travail entre dans la catégorie créativité, ce qui à vocation à devenir progressivement le lot de tous. L’existence est vécue et traitée comme une œuvre d’art.
Cet existentialisme humaniste et écologique c’est le BIEN VIVRE expression qui traduit ce que les sud-américains nomment le Buen Vivir.

REVENU CITOYEN, REVENU DE BASE, RUA…
On saisit là la richesse et les finalités du REVENU CITOYEN, revenu de base universel proposé par les Esprits Libres, par rapport à un « revenu de base » flou et dont le montant et les accompagnements restent indéfinis, voire montant faible envisagé, façon MFRB, par rapport aux propositions non universelles, façon Hamon, ou au « Revenu Universel d’Activité » R.U.A., sauce Macron, énième balbutiement de l’assistanat, qui n’a d’universel que le nom et qui est un dispositif d’aide aux personnes aux faibles ressources en vue de les inciter à trouver un emploi ou une activité. Il veut fusionner un grand nombre de dispositifs d’aides existant (RSA, APL, prime d’activité...) en une seule allocation unique gérée par un guichet unique et versée automatiquement aux bénéficiaires, sans démarches de leur part. Le RUA comprendrait ainsi une aide financière, qui prend la forme d’un « revenu de base » unique mais réservé à certains. Encore un effort camarades pour concevoir un REVENU CITOYEN ! Devenez des Esprits Libres.

REVENU CITOYEN, devenu citoyen.
D’un point de vue MORAL, philosophique, comme d’un point de vue CYNIQUE d’efficacité politique, économique, sociale, policière, il est, pour organiser la cité, préférable de ne pas avoir de pauvres. Nous prenons là le cynisme au sens positif des philosophes anciens. Bien plus facile d’organiser la cité sans pauvres qu’avec pauvres. Les pauvres posent de nombreux problèmes. Peu éduqués en général ils posent des problèmes d’éducation. Ils sont en moins bonne santé. Ils font des enfants qu’ils ont des difficultés à élever. Dans la nécessité qu’ils sont, il s’agit de leur venir en aide et, si nous les aidons, les voilà assistés et ce n’est guère plus enviable que pauvres !
C’est donc l’intérêt conjugué des pauvres à s’enrichir et des plus riches à les enrichir pour ne plus avoir à les assister, à les supporter et à subir les désagréments sociaux.
Que l’on se place d’un point de vue moral ou cynique pour préconiser le Revenu Citoyen n’a aucune importance, mais celui qui se place seulement d’un point de vue moral ne fait pas preuve d’aptitude politique, ni de maturité existentielle. Conseillons-lui « Le Prince » de Machiavel.
Le R.C. en tant que commun mériterait l’appellation de « Revenu Commun ». Mais au delà, le R.C. introduit une démocratie économique sans laquelle la démocratie politique n’est qu’une parole. Le R.C. répond, avec plénitude, aux impératifs catégoriques de liberté, d’égalité et de fraternité et leur donne un sens tant politique que pratique. D’où son non car, en ce sens, il est pleinement « Citoyen ».

Financement du R.C.
Dans la mesure où vous donnez un crédit d’impôt à tout le monde de 1000€ par mois, il est facile, autant que légitime, de récupérer en moyenne 600€ par mois par le même impôt !
Nous prélevons en moyenne 600 selon un barème progressif qui taxera les plus nantis et nous distribuons 1000 de façon égale à tous y compris aux plus nantis.
600€ à trouver seulement puisque nous avons déjà 400€ en moyenne de dépenses sociales, de « pognon de dingue » comme dit l’autre. Le gouvernement ira les chercher en fonction de sa sensibilité politique. Les Esprits Libres chercheront, dans ce pays, qui est l’un des six pays les plus riches du monde, vers le capital financier dormant, les gros héritages, les revenus insensés, le foncier et le patrimoine démesurés, les bénéfices et dividendes outranciers, les transactions financières spéculatives, les Gafa, les niches fiscales, la légalisation contrôlée, entre autres, des drogues, de la prostitution, de la publicité, du sport professionnel, le train de vie de l’État, le gaspillage etc.
À ce jeu les Esprits Libres lèveront bien plus qu’il ne faut pour financer le seul RC. Ce d’autant que la rationalité économique de ce dernier entrainera une richesse considérable dans tous les rouages sociaux, économique et culturels et que nous réaliserons le programme d’écologie intégrale. Ce sera autant pour le BIEN VIVRE écologique et citoyen, pour la culture et la recherche, pour la santé.
Dans notre proposition DISTRIBUTISTE de R.C., le financement est le plus simple et il abonde.
C’est l’hégémonie culturelle de la créativité qu’il s’agit d’obtenir en devenant des Esprits Libres pour une existence conçue comme une œuvre d’art. C’est à dire en remplaçant la centralité du travail par celle de la créativité en ne nous contentant pas de voter écologiste aux élections pour avoir bonne conscience.

Voir pour approfondir :
PHILOSOPHIE ET FINANCEMENT DU REVENU CITOYEN sur notre site et sur Médiapart

et notre VIDÉO SUR LE REVENU CITOYEN.
27 07 19


Voir les éditoriaux et lettres précédentes.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ACTUALITÉ DES ESPRITS LIBRES :

Nouveau : Rejoignez le [groupe des Esprits Libres sur Facebook !
Nous vous proposons d‘aller sur la page Facebook des Esprits Libres et de rejoindre le « Groupe des Esprits Libres ». Nous y échangeons des informations et commentons l’actualité politique et culturelle. Rejoignez et invitez vos amis à rejoindre notre groupe.


BORDEAUX. Lu dans « Sud-Ouest » le 24 juillet 19 au moment canicule :
« On n’a pas eu besoin de pousser beaucoup de portes pour entrer dans les boutiques de la rue
Sainte-Catherine. Du Grand-Théâtre au cours d’Alsace-et-Lorraine, sur les 69 magasins ouverts dans l’artère commerçante, 48 avaient leurs portes ouvertes alors que le thermomètre flirte avec les 40°.Pourtant dans ces 48 boutiques, malgré les portes grandes ouvertes, un air froid rafraîchit les clients. Mais réchauffe un peu plus la planète. C’est la climatisation. Une étude du CNRS et de Météo France de 2010 concluait à une augmentation de la température de 0,25 à 1°C à Paris juste à cause des climatiseurs. Un cercle vicieux pointé par l’Agence internationale de l’énergie : plus les températures grimpent, plus les gens utilisent la climatisation, ce qui va accroître les besoins en énergie et favoriser le réchauffement climatique. »
Rien à ajouter sauf que ces magasins, pour la plupart, vendent des vêtements « prêt à porter-prêt à jeter » fabriqués très loin, dans des conditions déplorables, voire par des enfants, et transportés en polluant. Tout ce que nous mangeons, produisons, achetons, vendons, utilisons, nécessite de l’eau. 11 000 litres d’eau nécessaires pour un jean en coton, 2 700 litres d’eau pour un t-shirt en coton et 1,5 litres d’eau pour une bouteille en plastique d’1 litre d’eau vide !


SERVITUDE VOLONTAIRE
L’exploitation de l’homme par l’homme, par la technique ou par un système, en elle-même, est condamnable et exige que l’on s’engage contre elle. Cet engagement désigne et vise celui qui exploite. Pour autant la victime, l’exploité n’a pas forcément raison, n’est pas forcément vecteur de l’histoire. L’exploité est, pour une part, celle de la servitude volontaire, complice de son exploiteur, responsable, pour une part, du processus d’exploitation. Et cette part peut être grande au point que parfois la servitude volontaire est le principal vecteur du procès d’exploitation et doit donc être désignée comme telle dans l’engagement contre l’exploitation.
La Boétie ou Machiavel nous sont aussi utiles que Marx. Comme nous sont utiles entres autres, Spinoza, Tocqueville, Nietzsche, Lafargue, Bergson, Sartre, Camus, Castoriadis, Gortz, Vaneigem.
Les prolétaires, les employés ne sont pas dispensés, de part leur position de classe, de nationalisme, de racisme, de fascisme, de productivisme, de consumérisme, et autres pensées réactionnaires. Le néofascisme et le social-fascisme sont même plus répandus dans ces classes que dans les classes plus aisées.
Un riche réclamant plus d’impôts pour les riches se range plus du coté de la raison qu’un pauvre qui refuse d’imposer décemment les héritages…
La victime n’est pas nécessairement un héros comme elle n’a pas forcément raison.
Le Gilet Jaune se fourre le doigt dans l’œil avec son RIC issu directement de l’anti parlementarisme, de la république référendaire voulu par les néo-fascistes et par une partie de l’extrême gauche dont LFI. Tout ce qui bouge n’est pas rouge.
Maintenir les emplois dans le nucléaire ou dans l’industrie des armes ou de l’automobile, dans l’assistanat est une mauvaise chose.
C’est la conscience de l’exploitation et de la part de servitude volontaire qui importe plus que la conscience de classe. Aucune inéluctabilité, aucun sens de l’Histoire, aucun déterminisme, aucune classe à privilégier. À la lutte de classes Les Esprits Libres opposent la classe de la lutte.


MAÎTRISER L’ORAL, DÉFENDRE LA LANGUE.
Le futur grand oral du bac est jugé épreuve socialement discriminante. Le nécessaire jugement sur la politique du ministre et du gouvernement ne doit pourtant pas voiler le constat que la majorité des jeunes ne maîtrise pas l’oral. Donner le bac dans ces conditions n’est pas rendre service mais équivaut à laisser croupir dans la servitude à vie.
Nous subissons les tics langagiers de la population en général et des jeunes en particulier.
Pour acquiescer et marquer son accord ou consentement, le franglais « O.K. », zéro morts en anglais (!), remplace le « oui » ou le « d’accord ».
Quand les enseignants eux-mêmes s’y laissent aller, on comprend que les élèves suivent…
Abus des superlatifs : La moindre chose apprécié ou dépréciée est « trop » belle voire « trop » tout court ! Tout devient « super », « hyper », « énorme », « gavé », etc.
La ponctuation orale est déplorable. Il n’est pas rare d’entendre, deux, voire trois ou quatre fois, « en fait », « au final » ou « du coup », dans une même phrase.
Ne parlons pas des « Je veux elle. » ou « Je veux lui. » quand il s’agit de désigner et choisir une babiole, ou plutôt si, parlons-en !
Parlons aussi de la commercialisation du langage, "je gère", "c’est vendu"...
Les devantures, voire les noms, de nos magasins sont autant en français qu’en anglais comme dans une colonie.
Les Esprits Libres proposent « une FISCALITÉ D’UTILITÉ PUBLIQUE favorisant l’usage de la langue française ». Seraient avantagés tous les commerces et entreprises qui, pour l’enseigne et la devanture en particulier, mais aussi la publicité et la documentation, n’utilisent que le français dans notre pays.
Salubre APPEL pour DÉFENDRE LA LANGUE FRANÇAISE.
Notre langue doit être apprise et non ignorée dans les écoles.
L’oral est un bon exercice et une épreuve qui doit rester majeure pour l’attribution d’un diplôme. Recherchons l’élitisme pour tous.


« Toute pensée qui ne devient parole est une mauvaise pensée, toute parole qui ne devient acte est une mauvaise parole, tout acte qui ne devient fruit est une mauvaise action. » G.-K. Chesterton.


« Le tourisme est l’industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux. » Jean Mistler


29 juillet, jour du dépassement !
L’humanité vit à crédit jusqu’à fin 2019 depuis ce 29 juillet. Les ressources renouvelables en un an ont toutes été consommées. Le "jour du dépassement" intervient de plus en plus tôt... Il y a 40 ans, certains intellectuels s’alarmaient déjà des conséquences d’une croissance à tout va. Si le monde vivait comme les français, 2,7 planètes seraient nécessaires !


Aux sources de l’ÉCOLOGIE POLITIQUE.


CETA : les 10 contre-vérités proférées par le gouvernement et sa majorité.


Matières à penser : Prendre les Communs au sérieux.


« Renaissance Écologique » 24 chantiers pour le monde de demain.
A quoi ressemble un monde qui a réussi à rester sous 1,5ºC, et comment pourrions-nous y parvenir ?
Julien Dossier propose de relever un tel défi.


DE CAUSE À EFFETS, le magazine de l’environnement, les samedis, 8h05.
Samedi 20 juillet : Une journaliste qui trempe la plume dans la pluie.


DANS 18 ANS, dimanche 12h, 29mn.
Dimanche 21 juilllet. Climat : quels scénarios et quelles solutions pour 2037 ?


Entretenons vive la mémoire de TIENANMEN] face au pouvoir totalitaire chinois. Tienanmen, Hong Kong, Taiwan, Tibet, combats et solidarité.


Pour un nouvel internationalisme universaliste, soyons des Esprits Libres pour faire face à l’impérialisme du régime totalitaire chinois.
Propagande : Comment la Chine s’infiltre à l’Ouest.


Solidarité universaliste internationaliste des Esprits Libres avec le peuple tibétain face à l’impérialisme du régime totalitaire chinois. Cinq émissions sur France Culture : GRANDE TRAVERSÉE, TIBET, LA LONGUE MARCHE DU DALAÎ-LAMA. 8 au 12 juillet.


L’ANACHRONIQUE CULTURELLE, 5mn, lundi au vendredi, 7h12.
Exemples : Vendredi 19 juillet : 1878, L’origine du monde », Courbet, Tous les révolutionnaires sont-ils des pervers ? Lundi 22 juillet : 1879 Le Facteur Cheval, figure de l’art naïf.


En remplacement cet été de L’ESPRIT PUBLIC, le dimanche à 11h sur France Culture, AVOIR RAISON AVEC…
14 07 Antonio GRAMSCI. Porté aux nues par Pasolini, cité par les politiques, Antonio Gramsci (1891-1937), journaliste et penseur italien, reste peu connu. Déçu par le socialisme positiviste, séduit par le communisme, engagé et militant, il fut emprisonné en 1926 où il rédigea 33 Cahiers de prison, une œuvre monumentale.
7 07 Fernand BRAUDEL
21 07 Henry David THOREAU. Penseur engagé qui voit dans la nature un miroir du monde qu’il questionne.
28 07 Gilbert SIMONDON. Retour sur l’œuvre d’un des philosophes précurseur dans la perception de la révolution numérique et de l’aliénation par les outils technologiques.
18 08 Paul RICŒUR
25 08 Francis FUKUYAMA


3 mn DE PHILOSOPHIE POUR REDEVENIR HUMAIN, lundi au vendredi, 13h55.
« La morale est l’acte d’extrême audace du narcissisme. » Lou ANDREAS-SALOMÉ.
« L’homme est sans doute assez peu saint, mais l’humanité dans sa personne doit être sainte pour lui. » Emmanuel KANT.
« Sans se pencher sur le présent, il est impossible de comprendre le passé. » Marc BLOCH.
« Ne méprisez la sensibilité de personne ; la sensibilité de chacun, c’est son génie. »
Charles BAUDELAIRE.


Les Nuits de France Culture : Conférence de presse de Jean-Luc Godard au Festival de Cannes 1982 pour son film passion. Diffusion lundi 29, 5h08. À réécouter.


Economie circulaire : le déchet à l’heure de l’urgence écologique.


La morale des pornographes. Le roman libertin.


Pétition pour l’AIDE ACTIVE À MOURIR. Un droit qui entre dans notre politique de LÉGALISATION CONTRÔLÉE de l’aide à mourir dans la DIGNITÉ, dans l’HUMANITÉ, dans la LIBERTÉ.


Pourquoi les psychanalystes devraient lire SPINOZA.


ÉCOLOGIE ET EMPLOI
Vécu en juillet : Rencontre écolo et tour de table pour se présenter. Chacun donne son nom et sa profession et dit quelques mots, généralement superficiels, sur le sujet traité. Or un individu ne doit pas être d’abord défini par sa profession mais l’être par son désir, ses passions, ses actes, ses occupations, ses réflexions et divertissements et accessoirement sa ville, son métier, son âge, son sexe. Quand il s’agit de faire de nos existences une œuvre d’art, l’emploi obsède y compris les écologistes.
Les productivistes accusent l’écologie de « détruire des emplois ». Des écologistes répondent que c’est tout le contraire et que l’écologie est source d’emplois. Les Esprits Libres, écologistes authentiques ou écologistes radicaux, répondent qu’hélas l’écologie ne détruit pas assez d’emploi et qu’en effet elle en crée nécessairement. Elle ne détruit pas assez d’emplois salariés, pénibles et aliénés et ceux qu’elle crée nous devons veiller à ce qu’ils soient plus émancipateurs.
Un frisson nous vient car si l’écologie détruisait des emplois sans en créer, faudrait il pour autant ne pas être écologistes ? Certes non et les Esprits Libres seraient toujours aussi farouchement écologistes en laissant sur le bas coté les petits bourgeois néo-productivistes accrochés au seul arbre de la croissance verte. Conditionner notre engagement écologiste à la capacité de l’écologie à créer des emplois est pur productivisme. Allées et venues bordées d’arbres de la jouissance existentielle et de l’émancipation du travail salarié dans nos promenades. L’emploi n’est pas un but en soi et humain n’est pas fait pour travailler. Il ne s’agit pas de « ne jamais travailler », comme dit l’autre qui déborde, mais il s’agit de lutter pour la réduction drastique du travail salarié. Il s’agit, comme impératif catégorique, de ne travailler que par désir, par plaisir de travailler.


FAIRE DES ENFANTS ?
Ceux qui n’ont pas une bibliothèque bien garnie et bien constituée, ne vont pas trop au cinéma et au musée, ni se balader dans les bois, ne devraient pas avoir d’enfants. Aux autres il vient plus rarement à l’idée d’en avoir. Il ne s’agit pas de savoir quel monde nous laissons à nos enfants mais quels enfants nous donnons à ce monde.


Rugissements, Rugy se ment !

« J’ai une intolérance aux crustacés, au homard. Je n’en mange pas. Je n’aime pas les huîtres, le champagne. Il me donne mal à la tête. Je déteste le caviar. » F de Rugy Juillet 19.

François de Rugy @FdeRugy
Replying to @julesnantes
Moi c’était pour le poulet ! Merci @julesnantes : comme les huîtres sont bonnes… excellent week end à vous vos proches ! »#Talensac #Nantes

François de Rugy @FdeRugy
Lieu jaune le midi, maquereau grillé le soir précédé d’une araignée… Les vacances commencent bien (et la pêche aussi) ;-)) #Breizh 20 :42 – 3 août 2012

« Drôle », « moderne » et « très attaché à la Bretagne », selon son entourage, il aime la pêche en mer, notamment du homard, les biographies et la variété française, de Renaud à Jonnny Hallyday. Agence France Presse


Avec les autoroutes, ILS NOUS ROULENT... à droite,
Avec A.D.P., ILS NOUS VOLENT... en même temps.
Vivement que nous passions au vert !
Voir le recours lancé contre la rente des sociétés d’autoroute.


Le clitoris, l’orgasme féminin et le point G]


Érotisme et littérature arabe au Moyen Âge.
https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-normale-superieure/lorgasme-feminin-et-le-fameux-point-g#xtor=EPR-2-[LaLettre26062019]].


La lettre de la Fondation Robert Shuman.


Le Livre d’image de Jean-Luc Godard, jusqu’au 22 juin sur ARTE.
Après sa présentation en compétition au Festival de Cannes, où lui fut décerné une Palme d’or spéciale, ARTE diffuse Le Livre d’image (2018) de Jean-Luc Godard, inédit en salles selon la volonté de son auteur. Film disponible en télévision de rattrapage, gratuitement, sur ARTE.tv


"Seul moyen de limiter les dégâts : changer radicalement de modèle économique."


LA CATHÉDRALE QUI BRÛLE C’EST LA BANQUISE, quelle spiritualité contemporaine ?


ÉDIFIANTE CARTE DES PISTES CYCLABLES EN EUROPE !


Ça chauffe ! Manifestations pour le climat !


Explorations libertaires pour une pensée critique et émancipatrice-20190510&M_BT=100487117739].


GILETS JAUNES, encore un effort pour être des Esprits Libres.


Pour le REVENU CITOYEN. Émission samedi dernier sur France Culture.


Argumentaire pour le Revenu Citoyen.
https://www.liberation.fr/debats/2019/04/18/philippe-van-parijs-le-revenu-inconditionnel-est-avant-tout-un-instrument-d-emancipation_1722208


Avec les Esprits Libres pour LE REVENU CITOYEN !
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-le-revenu-de-base-un-nouveau-pilier-de-la-protection-sociale-1008521?fbclid=IwAR1oP7GgfUxsAEcjwUR1Oxj55l86MBygFcyLM-3BFVZxPxDg3nSRfdF1wzQ


Gilets jaunes, encore un effort pour défendre LE REVENU CITOYEN !
https://www.atlantico.fr/decryptage/3570453/grand-debat--le-revenu-universel-la-mesure-qui-pourrait-produire-l-effet-whaouh-recherche-par-emmanuel-macron-jean-marc-sylvestre


PROPOSITIONS des Esprits Libres pour une démocratie vivante.
http://salonespritlibre.com/spip.php?article252


« Insoumis » sauf à Poutine ! Du beau linge à la table ! La France insoumise s’affiche avec Thierry Mariani, ex LR qui a rejoint le RN, et Marion Maréchal, entre « amis de la Russie », pour soutenir Poutine en Crimée ! Andréa Kotarac, élu régional de la France Insoumise, a participé, le jeudi 18 avril 19, au « Forum économique de Yalta » sur la péninsule ukrainienne en Crimée !


HUMOUR :
Castaner castagneur, sale pet hier, sinistre de l’intérieur, dehors !


Pertinence d’une amie qui me dit COMPRENDRE LES MANIFESTANTS qui entre la police et l’hôpital choisissent l’hôpital car s’ils choisissent la police, de toute façon, ils finissent à l’hôpital...


Les Gilets Jaunes ne sont pas des flèches, pas d’argent pour eux.