LA LETTRE DES ESPRITS LIBRES

Chers esprits libres, chères amies, chers amis,

JPEG - 8.6 ko

Sommaire :
Éditorial,
Démocratie vivante,
Brèves,
Esprits LiVres,
Campagnes.

ÉDITORIAL :

QUE RÉCOLTONS-NOUS
AVEC LE DÉGAGISME, LA MONARCHIE PRÉSIDENTIALISTE SANS OPPOSITION ET L’ABSTENTION MAJORITAIRE ?
Merci monsieur Jospin et le gouvernement de la gauche plurielle de 1997 à 2002 comprenant le PS, le PRG, Les Verts et Mélenchon de n’avoir pas mis en place un scrutin paritaire proportionnel à correctif majoritaire et d’avoir, TOUT AU CONTRAIRE, en inversant le calendrier républicain et en plaçant la présidentielle avant la législative, renforcé le présidentialisme. Merci aussi d’avoir renforcé le présidentialisme en ramenant de 7 à 5 ans le mandat présidentiel afin de faire coïncider les deux élections !
Les Verts étaient contre mais n’ont hélas pas fait un casus belli de cette question décisive. Ils n’ont pas plus exigé cette réforme du mode de scrutin pour rejoindre le gouvernement Hollande ! La grande erreur des Verts a été de rentrer au gouvernement Jospin sans exiger un mode de scrutin paritaire proportionnel à correctif majoritaire puis de soutenir Royal, Hollande et Hamon sans cette exigence. Les Verts ont toujours été très forts pour négocier des postes de ministres, de députés ou de sénateurs et des circonscriptions sur mesure, mais jamais pour imposer cette réforme du mode de scrutin. En outre aujourd’hui encore la propagande électorale des Verts s’en tient à proposer "la proportionnelle" plutôt que le scrutin paritaire proportionnel à correctif majoritaire. En outre également EELV ne fait pas de campagne visible pour la suppression de l’élection du président de la République au suffrage universel direct, c’est à dire pour une vraie 6ème République. Cela ne m’a pas empêché au premier tour législatif de voter pour le candidat EELV mais il est clair que ce mouvement n’a jamais été à la hauteur sur ces questions.
Ainsi les législatives n’existent plus que comme avalisation et amplification de la présidentielle. Le résultat : Le Pen au second tour en 2002 et aujourd’hui une assemblée monocolore. Merci le PS, merci Jospin, merci Mélenchon, merci les Verts et merci toute la classe politique d’accord à l’époque, Bayrou, Chirac et cie, d’avoir transformé la monarchie constitutionnelle gaulliste de 62 en monarchie présidentialiste depuis 2002…
Notons aussi que toute cette situation politique misérable n’est due qu’à l’emploi fictif de Pénélope et que sans cela nous aurions du Fillon à retordre… Notons, dans cette situation, la chance que nous avons eue alors d’avoir Macron pour nous débarrasser du PS, de LR, de FI et du FN… Sans lui c’était au tour des populistes…

« ÇA » COMMENCE MAL :
Merci à Macron d’avoir partiellement nettoyé les écuries de la 5ème finissante et d’avoir secoué les deux partis institutionnels. Nous y avons contribué et ne le regrettons pas mais il s’agit maintenant de passer aux choses sérieuses et de ne pas marcher sur les sentiers battus.
Les extrêmes bougent encore, les caciques des cliques les plus dangereuses sont toujours là : Le Pen et ses sbires, Mélenchon et les siens, Ciotti, Jacob…
Notons que LREM a mis du zèle à bien choisir les adversaires de certains socialistes non ralliés et en a mis bien moins face à ces figures qui incarnent le populisme et la réaction ! On s’acharne à éliminer la concurrence proche mais on épargne certains adversaires !
Ça arrange objectivement Macron de voir discréditée et caricaturée l’idée de 6ème République quand elle est salopée par le populiste extrémiste Mélenchon qui la veut non libérale, non fédéraliste, non distributiste mais référendaire avec des mandats impératifs. Macron est servi par les deux extrêmes, opposants non crédibles et repoussoirs. Il partage avec eux le culte de la personnalité.
De bons élus de gauche, les écologistes et les forces citoyennes sont laminés et le parti central, au pouvoir sans partage, ne porte rien de bon augure sauf à la culture et à l’écologie mais avec quel poids ?

DES GODILLOTS FAITS POUR MARCHER :
Quid du Parlement :
Un exécutif bonapartiste déterminé à « mettre au pas » le législatif et qui nomme d’autorité le responsable du groupe parlementaire ! Ces nouveaux députés, issus d’un « casting » comme disent ces gens, arrivent avec pour « feuille de route » celle de l’allégeance, de l’inféodation du législatif à l’exécutif. Normal pour un mouvement qui s’est fondé sur les initiales de son gourou ! Assemblée godillée par l’exécutif, assemblée de godillots. Dans ce groupe les « commerciaux » sont légions et l’idée de « manager », comme ils disent, le pays « comme une entreprise » est dominante dans les esprits, si tant est que l’esprit soit convoqué ici. Dans le château, de carte, règne la puanteur funeste d’un capitalisme ravageur de la planète et d’une 5ème « République », autant mettre entre guillemets ou parler de « ripoublique », finissante.
Renouvellement en trompe l’œil. Les femmes entrent mais cela reste réversible car rien de constitutionnel pour garantir la parité à l’Assemblée n’est envisagé.

Quid des six à neuf millions de pauvres :
Une paille pour ne pas dire sur la paille. Les gagnants restent les gagnants, et tout est fait pour qu’ils gagnent plus, et les perdants restent ignorés. Le pays à deux vitesses est entériné. On conserve l’assistanat car on n’envisage même pas le REVENU CITOYEN indexé sur le seuil de pauvreté afin d’éradiquer cette dernière et le PARTAGE DU TRAVAIL drastique ni le taux légal du travail à 32h et 24h pour les travaux pénibles et payés au SMIC qui constituent les solutions incontournables à la fin immédiate du chômage et à une plus juste répartition.

Quid de l’abstention :
Le système électoral ne représente plus rien mais il n’est pas envisagé pas de réforme institutionnelle ! Partis nous sommes pour nous traîner le Sénat des séniles, le CES des planqués, les Conseils départementaux inutiles et pléthore de communes.
On amuse la galerie avec la moralisation qui bricole mais le lobbying n’est pas tracé et le mode de scrutin et le cumul dans le temps de trois mandats successifs ne permettent pas un vrai renouvellement. Enfin moraliser la politique sans moraliser l’économie c’est à dire sans passer à la légalisation contrôlée contre l’économie maffieuse, sans lutter contre le dumping social et dans le en conservant le système de l’argent roi c’est de la poudre aux yeux. INSTITUTIONS, zéro pointé pour ce gouvernement.

Quid des libertés :
Les mesures exceptionnelles de l’État d’urgence inutile deviendraient la règle ordinaire !
Les Esprits Libres proposent de lever l’état d’urgence inutile et d’interdire les images des attentats, véritables publicités pour les auteurs. Sang froid, méthode, intelligence, discrétion et moyens ciblés suffisent avec l’arsenal actuel. Tout cela hors des caméras morbides et objectivement complices et hors des déclarations et torses bombés.
Le terrorisme ne fait qu’un nombre infime de victimes par rapport à la pollution, à la route, à la maladie. Sachons garder la raison et la mesure et cessons de le mettre en avant dans notre médiatisation comme dans la course folle à la restriction des libertés, objectif des terroristes eux-mêmes !

« ÇA » GODILLE :
Comme il est de bon ton de dire, naturellement nous soutiendrons le gouvernement s’il prend de « bonnes mesures » mais nous ne voyons pas grand-chose venir !

EUROPE, bien mais peut beaucoup mieux faire !
S’il est vrai que, sur la question européenne, la confiance reprend il manque toujours UNE VISION historique clarifiée.
Un cercle, noyau, FÉDÉRAL, n’est toujours pas clairement proposé. Reprenons la proposition allemande faite, et repoussée par les français, par Joschka Fischer en 2000 et associons y notre proposition de parlement fédéral de la zone euro siégeant à Strasbourg et de collaboration culturelle accentué comme par exemple l’apprentissage de l’espéranto dans toute l’Europe et celle des langues des pays frontaliers dans toutes les régions. Cercle fédéral de souverainetés partagées pratiquant un SOUVERAINISME EUROPÉEN, seul niveau possible de l’indépendance souveraine face aux sornettes populistes nationalistes des deux bords.
À partir de la définition de ce cercle fédéral il devient possible de décrire un, deux, trois autres cercles à l’intérieur de l’Union Européenne afin d’offrir un cadre de sortie du brexit, de retour dans l’Union de l’Angleterre. Entendons-nous, dans le cadre de l’U.E. actuel, la sortie de l’Angleterre est une bonne chose car l’Union actuelle piétine avec ce partenaire. Mais dés lors où un cercle fédéral se constitue, un autre cercle peut se former et accueillir à nouveau l’Angleterre. Nous ne devons pas nous résigner au brexit calamité nationaliste pour nos amis anglais.
Dans la perspective historique longue un troisième cercle susceptible d’accueillir la Turquie et la Russie doit être envisagé pour l’heure où ces pays seront redevenus des démocraties.

ÉCOLOGIE croisons les doigts !
Bonne chance à Nicolas Hulot. Cette question ne doit plus être envisagée comme « importante » mais doit être au cœur de la dialectique du dispositif social et sociétal, TRANSITION ÉCOLOGIQUE, avec la culture au poste de commande car sans cette dernière le moteur manquera ! Il est clair que le gouvernement d’homo-économicus avec sa vision mercantile productiviste devra changer dans ses fondements mêmes !

Ce gouvernement se situe au centre droit. Nous le voudrions au centre gauche, écologiste, libéral-libertaire, distributiste, fédéraliste européen, radical et laïque. Nous voulions Mendes France, nous avons Tony Blair et nous savons que cette recette ne marche pas. Face à la déclaration de politique générale et sur la question de confiance, en étant gentils, l’abstention s’impose en attendant les premiers pas.

PROPOSITIONS DES ESPRITS LIBRES :
Les Esprits Libres proposent un scrutin proportionnel paritaire à correctif majoritaire, 80% de proportionnelle intégrale, 20% de prime majoritaire à la liste arrivée en tête à l’issue du second tour.
Nous refusons « une dose de proportionnelle » qui serait la plus grande entourloupe possible et imaginable de toute l’histoire de cette 5ème République sénile, comme nous refusons la « proportionnelle intégrale » et la république référendaire chères aux deux extrêmes populistes.

Les Esprits Libres proposent de réduire à deux les mandats successifs et non à trois comme il est hélas envisagé.

Les Esprits Libres proposent le rétablissement du calendrier républicain : les législatives avant la présidentielle. Pour cela une dissolution anticipée de cette assemblée illégitime, parce qu’issue du scrutin majoritaire inique, sera la bienvenue et le plus tôt sera le mieux.

Les Esprits Libres proposent la suppression pure et simple de cette érection pestilentielle monarchiste présidentialiste et a minima un scrutin par jugement majoritaire comme premier pas.

APPEL AUX MARCHEURS ET AU RENOUVEAU POLITIQUE :
Élus d’En Marche, on vous fait marcher et au pas : gauche droite droite, gauche droite droite, gauche droite droite et ça boite ! Rompez les rangs de la monarchie présidentialiste, choisissez votre direction ! Soyez-vous mêmes, soyez des Esprits Libres !
Nous appelons tous les élus « marcheurs » à sortir de cette rade, de ce marais, à refuser l’allégeance et à constituer un groupe parlementaire indépendant d’Esprits Libres à l’Assemblée avec des élus du groupe PS-MRG et issus de l’UDI et du Modem qui seraient favorables au REVENU CITOYEN, à la RÉFORME INSTITUTIONNELLE, à la LÉGALISATION CONTRÔLÉE, et au cercle FÉDÉRAL EUROPÉEN.
Préparons la relève, préparons une NOUVELLE MAJORITÉ D’ESPRITS LIBRES.

Rejoignez vite les ESPRITS LIBRES à la relève pour le scrutin paritaire proportionnel à correctif majoritaire, pour le Revenu Citoyen et la 6ème République Écologique, pour la démocratie vivante.

Librement le 23 juin 2017. Jean-Pierre ROCHE.


DÉMOCRATIE VIVANTE

Article mis à jour, tribune à paraitre dans un journal local :
POUR la DÉMOCRATIE VIVANTE représentative, CONTRE le « mandat impératif » et la « révocation » des élus :
L’enfer pavé de bonnes intentions, l’air du temps et la crise de la 5ème République poussent les sornettes populistes. Nous souffrons aujourd’hui de n’avoir pas d’assemblées et de démocratie représentatives et ce n’est pas en jetant le bébé avec l’eau du bain, en optant pour des processus populistes et référendaires que nous obtiendrons une DÉMOCRATIE VIVANTE.

La législative avant la présidentielle, une large proportionnelle paritaire à correctif majoritaire, des élus tirés au sort au prorata des votes blancs dans l’assemblée, l’incitation fiscale au vote, un statut de l’élu, le non cumul, la limitation à deux mandats, la transparence du lobbying, le statut d’utilité publique pour les associations de lutte contre la corruption, l’inéligibilité prononcée par les tribunaux pour fraude fiscale ou corruption, les procédures actuelles de levée d’immunité et finalement la fin de la monarchie présidentialiste, tout cela contribuera à la bonne éthique des élus dans une 6ème République. Des ASSEMBLÉES CITOYENNES entièrement tirées au sort, dotées de moyens d’expertise et d’information, remplaçant le Sénat au niveau national, et doublant également les assemblées régionales et les Conseils Municipaux permettront une vraie consultation permanente constructive. Dés lors la « révocation » ou la « reconduction » des élus sera l’ÉLECTION devenue enfin démocratique dans le cadre d’une DÉMOCRATIE VIVANTE représentative.

À l’Assemblée Nationale chaque élu est censé représenter heureusement l’ensemble de la nation et non ses électeurs ou sa circonscription et, à juste titre, la constitution interdit le « mandat impératif ». Mandat impératif ne représentant que certains électeurs sur un sujet déterminé à l’avance, sans garantie de procédures démocratiques ! Le vote étant anonyme et les élus n’appartenant pas à tels ou tels électeurs, la procédure de révocation donnerait à la majorité le pouvoir de se débarrasser des minoritaires gênants. La révocabilité des élus ferait coïncider temps politique et temps médiatique empêchant l’élu de travailler sur le long terme.
Élections, campagnes électorales toujours plus violentes et personnalisées fondées sur les affects destructeurs de vitesse, de divisions, de passions et référendums permanents, ce serait la RÉPUBLIQUE RÉFÉRENDAIRE triomphante chère aux populistes des deux bords. La possible révocation de l’élu existe déjà, c’est l’élection !

Un élu doit pouvoir travailler sur le long terme et ne doit pas se soumettre aux sollicitations de l’actualité, des faits divers, du ressentiment ou de l’indignation. Il ne doit pas être otage de tel ou tel groupe mais agir en son âme et conscience. Pouvoir écouter ses collègues, s’amender et modifier son point de vue, pouvoir se libérer du carcan de son parti, de la pensée dominante, de l’air du temps, des passions tristes et de l’ordre établi. Il doit pouvoir être et rester minoritaire, résister. Il doit vouloir agir, pouvoir agir et agir en esprit libre.


BRÈVES :

Maréchal se voit là !
Ferrand quitte le gouvernement pour aller présider le groupe LREM à l’Assemblée. Sur le perron il se déclare « heureux d’y représenter le Finistère » nonobstant le principe même de notre Assemblée Nationale qui consiste pour un(e) député(e) à représenter l’ensemble de la nation et non son coin. Et ça présidera le groupe majoritaire ! Faut dire que le législatif n’est plus qu’une dépendance de l’exécutif et que les godillots sont invités à marcher au pas… Avec un maréchal comme cela c’est le fini tout court qu’ils vont représenter.


S’en prendre au seul Hollande sans voir l’origine de la perdition chez Mitterrand et Jospin est une bévue historique.
Concernant Jospin, qui a privatisé plus que Balladur ?
Qui a transformé la monarchie républicaine en monarchie présidentialiste en inversant le calendrier républicain et en alignant les mandats à cinq ans ? Ce avec un gouvernement où siégeaient Mélenchon et les Verts incapables d’en faire un casus belli tellement la soupe était bonne !
Ne dédouanons pas ceux-là dont certains comme JLM se réclame toujours du mitterrandisme !
Hollande à coté c’est bonhomme...


Mélenchon, avec son ordinaire mépris et son habituelle violence, attaque le nouveau député Cédric Villani (La République En Marche !). Il accuse celui-ci d’ignorer ce qu’est un contrat de travail. Cédric Villani lui répond avec gentillesse qu’il dirige des équipes de recherche et signe des contrats de travail depuis belle lurette. Jean-Luc Mélenchon ressort de cet épisode d’autant plus ridicule qu’il vit depuis quarante ans de ses indemnités d’élu. On lui rappelle, au passage, que Cédric Villani a reçu la médaille Fields (l’équivalent du prix Nobel) de mathématiques, et que sans les "matheux" comme il les nomme avec dédain, Mélenchon n’aurait jamais pu se dédoubler en hologramme.


Nous voudrions Mendes France, nous avons Tony Blair


En venir aux ordonnances prouve que le travail rend malade.


La monarchie présidentialiste, la société si vile...


Ferrand doit rendre son bâton de maréchal…


L’Histoire EN MARCHE avec les GODILLOTS.


Discours de la servitude volontaire de La Boétie...


SALON CULTUREL

Esprits LiVres

"La société écologique et ses ennemis. "
Serge AUDIER 27€ Ed. La découverte
Pour une histoire alternative de l’émancipation. 2017
Alors que monte la prise de conscience du péril environnemental, les obstacles à une véritable mutation écologique des sociétés contemporaines restent massifs et les modèles alternatifs peinent à s’imposer. Les traditions intellectuelles de la gauche n’ont-elles pas contribué, par leur culte des « forces productives », à l’impasse actuelle ?
On redécouvre des voix minoritaires qui, de Henry D. Thoreau à William Morris, avaient manifesté très tôt un souci inédit de la nature et une nébuleuse beaucoup plus large et méconnue qui, entre socialisme et anarchisme, a esquissé les traits d’une « société écologique ». L’objectif de ce livre est d’exhumer et de reconstituer une pensée sociale de la nature et de l’émancipation, construite aux marges du grand récit socialiste et républicain. Cette tendance dissidente a été ignorée, marginalisée, voire combattue par les courants hégémoniques, qui ont souvent vu dans l’écologie un conservatisme traditionaliste ou un romantisme réactionnaire. Les ennemis de la société écologique sont du côté des forces du capitalisme et du coté de l’histoire même de la gauche et du socialisme dans ses orientations majoritaires, encore prégnantes.

"Les stoïciens : une philosophie de l’exigence."
Christelle VEILLARD.
Empare toi de tes heures. Ne pas dépendre de demain, avoir mainmise sur le jour présent.

"Joie et liberté chez Bergson et Spinoza."
Lionel ARTESIANO, 28€, CNRS Éditions.
L’œuvre de Bergson rapprochée de Spinoza. Comment la joie ne procure pas seulement un sentiment de liberté, mais en est, en fait, la condition ? Pages passionnantes : distinction entre la joie et la tristesse avec Spinoza, distinction entre émotion et affection avec Bergson, échos entre le fait de persévérer dans son être, le conatus, et l’élan vital... La joie n’est pas une évasion du réel, mais, au contraire, permet de voir, d’être lucide sur ce réel.

"Voyage en misarchie : essai pour tout reconstruire."
Emmanuel DOCKÉS 2017
" Proposition de code de travail. "
Ouvrage collectif dont E. DOCKÉS. Dalloz 2016.

"Scène privée dans la scène de l’Histoire."
Entretiens avec Jean Paul ABRIBAT.
Membre d’honneur du Salon des Esprits Libres !
Philosophie, sociologie, psychanalyse, marxisme...
Éditions Les Nouvelles

"Le journal d’un clochard. "
Jean EIMER à propos de son expérience de clochard !
illustrations Christian Gasset, Éditions Cairn


MERCI DE FAIRE INSCRIRE VOS AMIS À CETTE LETTRE D’INFORMATION, IL SUFFIT DE NOTER SON EMAIL EN PAGE D’ACCUEIL DU SITE http://salonespritlibre.com/


CAMPAGNES POLITIQUES :

Votes blancs représentés par des élus tirés au sort au prorata des votes blancs
C’est la proposition des ESPRITS LIBRES pour la DÉMOCRATIE VIVANTE.

Philosophie et financement du REVENU CITOYEN proposé par les Esprits Libres.
Document actualisé concernant le financement.
À relayer sur facebook et les réseaux. Merci.

PÉTITION : "Supprimons l’élection présidentielle" .
nb : Notre demande est indépendante de l’utilisation que nous faisons de cette élection telle qu’elle existe aujourd’hui : soutien à un candidat, vote blanc, boycott ou abstention.
Lire la pétition et son argumentaire.

Signez et relayez la PÉTITION : « François Hollande, Président de la République : Donnez l’asile à Snowden et Assange ! ».
Pour plus d’informations et pour signer.

Sur le site : PROGRAMME DES ESPRITS LIBRES.


Merci de partager et commenter cet article sur les réseaux sociaux.
Page Facebook Les Esprits Libres
Page Facebook J-P Roche
Blog Médiapart J-P Roche
Lettre Eurocitoyenne de Laurent Watrin.


Contact : LES ESPRITS LIBRES : 0556440634 0556440931
Site : salonespritlibre.com
Nous écrire : salonespritlibre@gmail.com
jeanpierreroche@hotmail.com ou compte facebook.
Abonnez-vous à la lettre d’information en page d’accueil du site.


Déclarez-vous "esprit libre", rejoignez LES ESPRITS LIBRES, mouvement culturel et politique :
Cotisation libre et facultative à l’ordre de « Les Esprits Libres »,
23 rue St Laurent 33000 BORDEAUX.

« Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres. » LA BOÉTIE

  • 4 document(s) disponible(s) - N'hésitez-pas à les diffuser autour de vous !

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?