Pourquoi les ESPRITS LIBRES choisissent l’appellation « REVENU CITOYEN » ?

Le Revenu Citoyen / Revenu d’existence / Revenu de base / Revenu de base inconditionnel ou universel / Allocation universelle…
Toutes ces appellations recoupent une part de ce qui nous cherchons à désigner et sont acceptables mais chacune à ses qualités et faiblesses.

Nous réfutons tout ce qui contient le terme minimum qui ne nous sort pas de l’auberge et des méandres de l’assistanat. A laisser aux rocardiens, aux charitables et aux curés avec ou sans soutane.

Allocation universelle : Si le RC est une allocation, une somme allouée, nous n’aimons guère ce terme d’ « allocation » quand le RC supprime bon nombre d’allocations. Il s’agit de ne surtout pas confondre ce qui relève de l’assistanat avec le RC.

Revenu de base : C’est le nouveau venu relevant du franglais, de la paresseuse traduction, de la facilité, de l’uniformité langagière, d’une mathématique à parfum de désengagement politique. C’est le plus petit commun dénominateur, on unifie par le bas, c’est à dire le terme le plus pauvre, le plus neutre, celui qui a le moins d’odeur, le plus laid, le plus comptable, sans poésie et sans politique, un terme froid, militaire, de carrière, frigide, incapable d’amour, bête. Il a le pauvre avantage, en réalité le caractère criminel, d’effacer les langues et singulièrement la nôtre au bénéfice d’un franglais, mais ce n’est pas un espéranto car il ne porte aucune espérance. Nous avons de justesse échappé à « cool ».
Sémantiquement il présente l’inconvénient de placer ce revenu sous les autres et donc dans la même catégorie comptable alors que nous le souhaitons hors des autres, leur échappant, distinct, cumulable dans un rapport à l’être et non dans un rapport comptable.
Ceux qui percevraient uniquement un Revenu de Base seront affublés du terme de « basiques » de « baseux » ou d’ « à la base », une insulte, ceux qui ne percevraient que le Revenu Citoyen seraient des citoyens, une qualité…
L’Histoire jugera durement ceux qui ont opté pour « Revenu de Base » quand nous disposions de « Revenu d’Existence » et de « Revenu Citoyen ». L’assemblée constituante d’une République nouvelle retiendra ceux-là.

Revenu inconditionnel ou universel : Le rajout, quand on avait compris, ne fait rien à l’affaire et il ne convient pas de confondre explication, qualification et appellation.

Revenu d’existence : Terme fort intéressant doté d’un vitalisme existentialisme séduisant. Il a peu de faiblesses. Peut être risque t’il de se parer d’un accent religieux, « la vie au dessus de tout », ou néo libéral, « de quoi ne pas mourir », ne prenant pas l’être dans son historicité et dans son rapport social.

REVENU CITOYEN : Faute d’historicité d’une appellation libertaire que seraient « REVENU LIBRE » ou « LIBÉRÉ », pour ne pas dire « commun » voire « communiste » qu’il faudrait aller chercher dans le ruisseau, l’appellation REVENU CITOYEN prend à bras le corps la question sociale et sociétale obligeant, sans paresse, à définir de quelle citoyenneté nous parlons, à proposer un CHOIX POLITIQUE d’un REVENU de fait ORGANISATEUR DE LA CITÉ, la déterminant même. Il introduit une rupture avec la technicité pure et s’inscrit dans la logique de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, y plonge au cœur et fédère l’ensemble.
Le REVENU CITOYEN est républicain et fédérateur. Il reste en travers de la gorge des ultras libéraux et d’une certaine droite qui n’a pas digéré la Révolution Française, sans gêner les libéraux partisans des libertés. Et les marxistes s’en méfient assez pour que nous le retenions. Il désigne le receveur qui ne se contente pas de poser son postérieur sur une base pour éventuellement consommer, qui ne se contente pas d’exister pour par exemple …consommer, mais qui ancre naturellement son existence dans un rapport social et sociétal, dans un BIEN VIVRE qui fait de lui un citoyen au-delà d’un consommateur.
C’est bien le revenu d’un acteur sociétal de part sa CRÉATIVITÉ potentielle ou exprimée, et un revenu qui crée le LIEN SOCIAL essentiel, au delà du travail du capital, du chômage, du marché, de la marchandise et de ses aliénations. LIEN SOCIAL de LIBERTÉ partagée, LIEN SOCIAL de l’ÉGALITÉ et de la FRATERNITÉ que crée de fait un revenu également partagée, LIEN SOCIAL enfin du rapport à une fiscalité d’utilité publique, LIEN SOCIAL de la CITOYENNETÉ.

Les marxistes et la gauche, qui pour l’essentiel n’est plus marxiste, ont raison de s’inquiéter et d’appréhender le RC avec pincettes et circonspections. Car que vont ils devenir sans les pauvres ?
Un « Revenu de Base » mis en place par le système UMPS, par les néo-libéraux, par les extrêmes ou par des techniciens, voire associatifs « apolitiques », n’aurait rien à voir avec le REVENU CITOYEN proposé par les Esprits Libres.

Le REVENU CITOYEN est écolo-compatible, est lié, car il l’entraîne, à un processus de baisse du temps du travail et du partage du temps de travail, à un resserrement de l’échelle des revenus, à une plus forte taxation du patrimoine, du capital financier et de la rente, à une guerre aux paradis et aux exilés fiscaux, à une limitation du pouvoir des banques, à une FISCALITÉ D’UTILITÉ PUBLIQUE, à une démocratie vivante citoyenne, à une spiritualité civile laïque, à la primauté de l’être dans l’organisation de la cité, dans la politique.

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?